AccueilBlogFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Combat d'un ange pour le Monde

Aller en bas 
AuteurMessage
Hugo Zeppeline
Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 5062
Age : 27
Localisation : Liège, Belgique
Date d'inscription : 25/11/2007

Personnages RP
Pseudo: Sephiroth
Pseudo : Hugo Zeppeline
Pseudo : Aenaril

MessageSujet: Combat d'un ange pour le Monde   Sam 25 Juin - 19:26

Et Dieu créa le monde…

Dieu…Quel âge avait-il maintenant ? L’air jeune, et un sourire franc sur son beau visage, il se promenait toujours nu, laissant voir un corps parfaitement sculpté. Dieu aimait réfléchir. Il s’interrogeait souvent sur sa provenance. Comment était-il né ? Mais il n’arrivait jamais à se rappeler. Un jour, il avait été là, c’est tout. D’abord à quatre pattes, il avait grandi jusqu’à se poser sur ses deux pieds, instinctivement. Et puis, grandissant, tel un adolescent aujourd’hui, il se demandait dans quoi il était. Où vivait-il ? Et Dieu conclut que le jour où il avait été là, ce quelque chose, ce « néant » était arrivé avec lui. Pourtant, bien avant cela, il savait que l’Univers existait. Il avait conversé un peu avec l’Univers, mais il parlait un langage différent, bien que proche, parfois. Ainsi n’avait-il pas compris grand-chose…

Quoiqu’il en soit, il y eut un jour où Dieu saisit le mot « créer », dans une discussion animée avec une étoile plus brillante que les autres. Alors Dieu créa. Pour un homme, il devait avoir une vingtaine année. En peu de temps – mais qu’est-ce que le temps pour Dieu, qui semblait être immortel ?- il créa un monde, notre monde. Et c’est en s’observant dans les mers, jusqu’alors non salées, qu’il se trouva beau. Tellement, qu’il décida de disséminer son reflet en milliers de petits cristaux qui, au fur et à mesure, salèrent les mers. Mais il était aussi enfantin, alors il se mit à jouer : il changea d’abord la couleur de sa douce chevelure argentée, dans des teintes multiples qu’il avait cru voir dans les rayons des étoiles. Ensuite, il changea la forme de son visage, son nez, ses lèvres, ses yeux, sa peau, sa barbe et…la moustache, bien sûr. La moustache l’amusa beaucoup. Il décida d’améliorer nombre d’animaux en leur en donnant de diverses tailles et divers types. Tout comme il décida de colorer la Terre. Enfin, comme il s’ennuyait, Dieu créa l’homme, puis la femme…

***

Lorsqu’il créa Adam, Dieu fut très content, et rien ne le disposait vraiment à créer Eve. Mais quelque chose le gênait, dans cet objet de sa création. Il ressentait de l’attirance pour Adam, ce jeune homme si doux, à la chevelure et à la peau brune, au cœur musclé et vigoureux. Dieu se sentait…étourdi, bête aussi parfois. Pourquoi cette attirance alors que lui-même pouvait changer d’apparence ? Ce désir, plutôt que de l’enlever, il décida de le sacraliser : ce qu’il aimait en Adam, Dieu s’en servit pour créer Eve. Il ne savait pas qui ou quoi lui avait inspiré la femme. Mais quand il la vit, il fût sûr que celle-ci serait bel et bien sacrée, et que quoi qu’elle puisse faire, toujours on l’aimerait. Ainsi naquit Adam, ainsi naquit Eve. A l’image de ce Dieu, peu adulte, fort enfant, qui n’avait que des rêves plein les yeux. Ils allèrent, comme lui, à quatre pattes, avant de se redresser, pour regarder l’horizon, là ou la mer et le ciel se rejoignaient. Un puissant soleil éclairait le ciel, et il faisait bon de vivre sur Terre, alors appelée Eden.

Ils évoluent très vite, se disait Dieu, créant ainsi la pensée, liberté à jamais inviolable. Il était impressionné des progrès des deux premiers hommes, et se dit que sa création était à son image. Son ego gonfla légèrement, avant de redescendre subitement. Il ne fallait pas qu’ils le rattrapent, sinon qui serait le créé et le créateur, et que deviendrait le sens de sa vie ? Dieu adopta la voix divine, l’autorité naturelle, l’écho de vérité, la supériorité. Première hiérarchie, qui poussa Adam et Eve a en créé de multiples autres, constituant ainsi la chaîne alimentaire.

Cette vie de constante évolution et de recherche intérieure dura longtemps, car on ne vieillit pas en Eden. Dieu fit un jour une sorte de crise d’adolescence, comme on pourrait l’appeler aujourd’hui. Ce qui provoqua cette crise ? Seul l’univers ou les étoiles, peut-être le savent. D’après ces dernières, Dieu aurait été contraint par l’univers de contempler le reflet de son « en soi ». Dès ce jour il se divisa, et insuffla ce qui l’insupportait dans la première créature qu’il rencontra. En fait, loin de la rencontrer, celle-ci, affectueuse, s’enroulait autour de sa jambe, en cherchant à grimper le long de son corps, pour lui masser les épaules de ses anneaux. Ainsi, le serpent siffla une dernière fois, avant de prendre la voix de Satan. Tout le monde sait que Satan, ça tente, et tout le monde sait ce qu’il se passa ensuite.

Dieu enferma la connaissance de sa dualité dans le fruit de la pomme, rouge comme l’était le sang dans les veines des hommes. Il interdit aux hommes d’y toucher, et cru ainsi pouvoir en être débarrassé. Un jour cependant, le serpent tenta Eve, et celle-ci voulut prendre la pomme.

Quelqu’un murmura : non, ne fais pas ça. Eve pensa que c’était Adam, mais non. Alors Eve hésita… Dieu et eux-mêmes étaient ils seuls dans leur monde ? Dieu était-il le créateur de ce non, qui ne rappelait aucunement ce qu’elle connaissait déjà ? Dieu, qu’était-il au juste, et que voulait-il ? Dieu…était-ce donc bien son nom ? Eve douta, et comme ils étaient liés, Adam douta lui aussi. Alors, remettant en question la place de Dieu, son pouvoir, et leurs propres capacités de jugement, Eve écouta le serpent, toujours troublée par cette voix du néant. Elle croqua la pomme, et Dieu, mécontent, s’adressa à on ne sait qui avant de décider qu’Adam et Eve quitteraient l’Eden. Il leva les bras, et une image de l’Eden se décolla de celle qu’ils connaissaient, comme une vulgaire copie. Elle disparut, Dieu avec elle, et Adam et Eve furent chamboulés par la connaissance de la pomme, et des sentiments nouveaux.

Les premiers hommes étaient ainsi devenus de vrais hommes…


"Quand Eve croqua la pomme; plus que le fruit, c’est son monde qui pourrit."


Eve et Adam se sentaient étrangement seuls sur ce paradis devenu terrestre. Sans Dieu pour les accompagner, qu’allaient-ils donc faire ? Dans un premier temps, il était devenu nécessaire de se couvrir, et de se protéger. Les animaux semblaient avoir développé un comportement craintif et agressif, rendant la vie en harmonie impossible.

- Penses-tu qu’il nous en veut vraiment à ce point ? demanda Eve.

Adam haussa les épaules. Deux réponses venaient à lui, et il finit par opter pour une.

- Je crois que non, même si sa décision à l’air irrévocable. Sans doute n’a-t-il pas eu le choix.

Bizarrement, Eve crut saisir instinctivement ce qui se cachait dans l’ombre des propos d’Adam. Son ombre…il était curieux qu’il en possède une, alors qu’elle-même n’en possédait pas! Elle observa l’homme qui partagerait désormais son existence, et fut prise d’un désir à la fois amoureux et vengeur. Pourquoi ne l’avait-il pas empêché de croquer la pomme ? Elle s’aperçut alors que le serpent tentateur traînait à leur pied, et idiotement, tenta de l’écraser avec son pied. Vif, celui-ci siffla, mordit le pied de l’homme, et s’enfonça dans les broussailles. Adam avait mal, il ressentit le picotement, mais aucun d’eux n’avait jamais connu la sensation auparavant. Guérir ne faisait donc pas partie de leur vocabulaire, et encore moins de leurs aptitudes.

***

Des mois, des années passèrent, et les deux compagnons ne changeaient que très légèrement. Sans doute perdaient-ils leur statut d’anges divins au fur et à mesure, puisque Adam semblait résister au venin de Satan – quoique son humeur s’en voyait changée – et qu’Eve ne présentait pas de signes de vieillesse. Ils avaient fini par s’établir, et fonder une famille, en découvrant les joies de l’amour. A côté de cela, le froid, les saisons, l’étrangeté de la vie et du temps opéraient leurs cruels changements incontrôlés sur le monde des hommes. Caïn et Abel naquirent sans trop d’encombre, car l’instinct maternel, ou la volonté de Dieu, fut bénéfique à la naissance des deux enfants. Grandir ne leur était pas trop difficile, vu l’immensité des ressources que contenaient encore la Terre.

Un jour cependant, Adam se vit être diminué, et il perdit la foi en Dieu. Le venin avait duré si longtemps, qu’il avait enfin étendu toute son emprise sur lui. Il mourut aux côtés d’Eve, tous les deux seuls, leurs fils ayant abandonné leurs parents aux premiers signes de leur faiblesse : déjà l’homme du futur se construisait. Une fois seule et abandonnée, Eve s’en prit à Dieu, et sans doute est-ce pour cette raison que sa mort ne vint pas : lui en vouloir, c’était croire en son existence. Dans sa fureur elle ne remarqua pas que l’ombre d’Adam avait intégré ses propres pas, et que dans un geste dérisoire, cette ombre tentait de l’enlacer, pour la consoler de sa perte. Dieu se fâcha, mais son acte demeura un mystère. Etait-ce lui ou bien Eve elle-même qui décida de la tournure de la vie de la jeune femme…Je ne sais. Eve sembla se fondre dans la terre, et ses larmes d’amour pour son mari donnèrent une constitution à cette ombre.

Et cette ombre, ce fut moi. Ma vie est faite de mystère, et je ne peux déterminer d’où je proviens vraiment. J’étais là, et Eve m’a « rempli ». On s’est regardés, tous les deux… J’ai vu dans ses yeux que nos âmes étaient sœurs, mais il était déjà trop tard. Nos mains n’eurent pas le temps de se toucher, que déjà Eve était devenue ce feu ardent, cette vie flamboyante qui constituait le noyau de la Terre, et qui l’empêcha toute sa vie de dépérir trop vite.

Elle avait empêché la Terre de mourir immédiatement…Mais je me retrouvais sans nom, sans son amour, et Caïn et Abel avaient disparu. Je ne savais que faire, alors je décidai de m’asseoir à même le sol, là où je m’étais rempli, là où Eve avait versé ses larmes et perdu son corps. J’attendis. Je ne savais pas quoi attendre, mais je le fis. J’observai les saisons passer. L’été, sa canicule, les oiseaux aux couleurs chamarrées, le vent qui soufflait dans les herbes hautes en les faisant danser comme il pouvait le faire avec les vagues. J’observai les changements. En étant assez concentré, on sentait que le solide et le liquide changeaient de position autour du globe terrestre, et de son cœur-Eve.

Bientôt, je me retrouvai sur une plage, et la marée m’était offerte en contemplation. Durant tout ce temps, j’ai pu discuter avec ce qui m’entourait. Les animaux étaient habitués à ma présence, et je passais des heures à parler du monde avec les plus bavards – les écureuils, et les mésanges, essentiellement. A noter que les belettes et les dauphins ne le sont pas mal, eux non plus. C’est de cette façon, qu’un jour, alors que je discutais par énigmes avec le loup polaire (les glaciers avaient fini par devenir mon terrain d’attente), celui-ci m’apprit qu’un ours avait tenté de manger un foc qui lui avait dit, avant de mourir, qu’il avait rencontré un dauphin qui avait côtoyé un poisson clown qui avait survécu à l’attaque d’un goéland qui lui avait appris que les continents étaient peuplés d’hommes...






La fin vous semblera sûrement bizarre, c'est normal. J'ai coupé dans une histoire longue que j'avais commencée... je me demandais simplement si le début était sympa, du coup je le jette en pâture dans la fosse à lion des Bibliothèques de Calliope. Récemment, des idées me sont revenues en tête pour cette histoire, et j'hésite à la continuer... So, je teste ^^

_________________


Dernière édition par Sephiroth le Lun 27 Juin - 19:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://histoirebazare.skyblog.com
Lyn

avatar

Féminin Nombre de messages : 125
Age : 22
Localisation : Dans l'énorme cinéma qu'on appelle le monde
Date d'inscription : 03/04/2010

MessageSujet: Re: Combat d'un ange pour le Monde   Dim 26 Juin - 2:07

Je dois dire que j'ai beaucoup apprécié de texte. Au début, j'étais un petit peu découragée par la longueur (flemmarde que je suis), mais finalement, j'ai été prise dans la lecture, j'avais envie de savoir la fin. Le thème en lui-même est assez recherché, on voit qu'il y a eu de la réflexion, ce qui est un bon point. J'aime bien le début. La description de Dieu est assez originale et la naissance de l'humanité, bien amené. Cependant, je n'ai pas réellement compris la fin. Je ne vois pas qui est ce "je". Peut-être que c'est parce que je ne suis pas très renseignée sur "l'histoire" même de la création.
En tout cas, ça m'a intrigué et m'a donné envie de savoir la suite !
Revenir en haut Aller en bas
http://burn-after-watching.blospot.com
Cocoon
Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 985
Age : 27
Localisation : Dans 14 plans stellaires en simultané
Date d'inscription : 26/12/2010

Personnages RP
Pseudo:
Pseudo :
Pseudo :

MessageSujet: Re: Combat d'un ange pour le Monde   Dim 26 Juin - 20:16

Thème peu original, vision de Dieu un peu plus. Le voir comme un enfant et te réapproprier le mythe de la création est un exercice plutôt intéressant.

Pour ma part je note deux chose:

1) La pensée est parfaitement violable, il suffit d'utiliser les bons outils (facebook, sérums, technologie alien...)
2) La fin est étrange

Le début est bien amené, jusqu'à la mort d'adam. Idée et passages intéressants au niveau de la narration, mais par contre je vois pas du tout comment tu pourrais enchaîner sur une histoire longue. Pour un essai, c'est sympa, mais sur une histoire à long terme... je demande à voir...

Je n'ai pas comprit non plus qui est "Je". Mais il doit être sur l'un des deux pôles j'imagine. Dommage que ce soit trop flou néanmoins Triste on veut des explications !!!

Note: Satan, ça tente, sérieusement, elle m'a fait sourire X3 ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lilith
Littéraire et rôliste
Littéraire et rôliste
avatar

Féminin Nombre de messages : 2638
Age : 29
Localisation : Intermédiaire.
Date d'inscription : 04/05/2008

Personnages RP
Pseudo: Lilith
Pseudo : Erylie
Pseudo : Madalyn

MessageSujet: Re: Combat d'un ange pour le Monde   Lun 27 Juin - 16:25

Une toute petite remarque, dans le second paragraphe tu utilises beaucoup trop de fois le mot "couleur" dans un coups laps de phrases.

Sinon, j'ai trouvé ce texte vraiment sympa. Le changement de ton de la fin, un peu plus léger, avec kes animaux, arrive tranquillement, sans géner la lecture.

Propse nous vite la suite =)

_________________
Il y a en toi le gâchis d'un soleil qui sommeille, plusieurs fois, on t'a dit : "Révèle".

I believe in you.

Vitrine de Lilith
Revenir en haut Aller en bas
Hugo Zeppeline
Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 5062
Age : 27
Localisation : Liège, Belgique
Date d'inscription : 25/11/2007

Personnages RP
Pseudo: Sephiroth
Pseudo : Hugo Zeppeline
Pseudo : Aenaril

MessageSujet: Re: Combat d'un ange pour le Monde   Lun 27 Juin - 17:48

Lyn a écrit:
Cependant, je n'ai pas réellement compris la fin. Je ne vois pas qui est ce "je". Peut-être que c'est parce que je ne suis pas très renseignée sur "l'histoire" même de la création.
En tout cas, ça m'a intrigué et m'a donné envie de savoir la suite !

Il est normal que tu aies été déstabilisée par "je". Je est le héros de l'histoire. Il prendra plus forme dans la suite.

Cocoon a écrit:

Pour ma part je note deux chose:

1) La pensée est parfaitement violable, il suffit d'utiliser les bons outils (facebook, sérums, technologie alien...)
2) La fin est étrange

Le début est bien amené, jusqu'à la mort d'adam. Idée et passages intéressants au niveau de la narration, mais par contre je vois pas du tout comment tu pourrais enchaîner sur une histoire longue. Pour un essai, c'est sympa, mais sur une histoire à long terme... je demande à voir...

Note: Satan, ça tente, sérieusement, elle m'a fait sourire X3 ...

Pour le point 1), je suis on ne peut plus d'accord. Dans le futur (notre contemporain), la pensée sera effectivement violable. Mais pour l'instant, aux yeux de Dieux et des premiers hommes, personne ne sait lire dans leur tête ^^
Pour le point 2) je suis d'accord, c'est pourquoi j'en parlais dans mes trois-quatre lignes "d'explication" à la fin de mon post =)

Lilith a écrit:
Une toute petite remarque, dans le second paragraphe tu utilises beaucoup trop de fois le mot "couleur" dans un coups laps de phrases.

Sinon, j'ai trouvé ce texte vraiment sympa. Le changement de ton de la fin, un peu plus léger, avec kes animaux, arrive tranquillement, sans géner la lecture.

Propse nous vite la suite =)

Merci pour "couleurs". Je vais tenter de changer ça Clin d\'Oeil

Je veux bien vous mettre la suite, je change d'ordinateur et elle arrive ^^ C'est bien, vous allez peut-être me forcer à écrire comme ça !!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://histoirebazare.skyblog.com
Hugo Zeppeline
Rôliste
avatar

Masculin Nombre de messages : 5062
Age : 27
Localisation : Liège, Belgique
Date d'inscription : 25/11/2007

Personnages RP
Pseudo: Sephiroth
Pseudo : Hugo Zeppeline
Pseudo : Aenaril

MessageSujet: Re: Combat d'un ange pour le Monde   Lun 27 Juin - 18:17

C’est de cette façon, qu’un jour, alors que je discutais par énigmes avec le loup polaire comme nous l’aimions tant (les glaciers avaient fini par devenir mon terrain d’attente), celui-ci m’apprit qu’un ours avait tenté de manger un foc qui lui avait dit, avant de mourir, qu’il avait rencontré un dauphin qui avait côtoyé un poisson clown qui avait survécu à l’attaque d’un goéland qui lui avait appris que les continents étaient peuplés d’hommes. Je rigolai un bref instant, et questionnai le loup d’une manière très franche :

- Pourquoi tous ces détours ? Ne peux-tu pas te présenter à moi en tant qu’homme ? Aurais-tu honte de l’image que tu nous as donnée ? Viens-en au fait, plutôt, et parle-moi donc de la raison de ta visite.

***

Voilà ce que j’avais attendu. Dieu prit forme humaine. C’était la première fois qu’on se rencontrait alors que j’étais un homme. Il n’était pas nu, mais peu vêtu. Une simple toge blanche qui laissait entrevoir à maints endroits ce semblant de peau qu’il s’était donné. Une peau hâlée, les cheveux mi-longs, bruns, tout comme ses yeux. Il ressortait de lui une certaine grâce que je devais retrouver plus tard chez des hommes. Des pieds dans de drôles de chausses, que je saisis être des sandales, il me regarda en souriant.

- Je trouvais ça drôle, les énigmes…Et puis avoue qu’un goéland et un poisson clown, c’est amusant sous bien des égards, non ?

Je lui rendis son sourire, avant d’amener la conversation sur des affaires plus sérieuses :

- Dis-moi pourquoi je suis là, je t’en prie. Pourquoi m’as-tu fait attendre, aussi. Et…quel est mon nom ?

Dieu parut troublé, mais reprit vite contenance. Il choisit soigneusement ses mots :

- Et bien…je ne peux pas te le dire moi-même. Choisis-toi un nom, on devient ce que l’on veut être. Je t’ai fait attendre parce que je regrette mon acte, même si je ne peux revenir en arrière. Mais il a fallu que je comprenne pourquoi je n’en étais pas le seul auteur. Tu finiras par comprendre, au détour de tes rêves…tu es là, car Eve l’a voulu. Alors je lui ai accordé ton existence. Maintenant, il faut que tu dormes, tu es resté en éveil trop longtemps.

Ma dernière pensée fut que Dieu semblait avoir mûri. Et j’en déduisis qu’il était sujet aux tracas et à l’incertitude. Puis je me sentis étrangement lourd, mon esprit s’embua, la dernière image que j’eus de Lui était un jeune homme au sourire triste. L’instant d’après, je plongeais dans un profond sommeil qui sembla durer une éternité. Je découvrais le rêve, et les réminiscences du passé…

*
* *

Tomber, tomber sans fin. Je n’avais plus conscience de mon corps, seul mon esprit semblait éveillé, et je ne savais comment ouvrir les yeux. J’avais l’impression d’être redevenu cette ombre que j’étais. Pourtant, c’était Dieu qui me supportait, cette fois. Et je ressentais ses doutes, ses tracas. Avait-il créé les hommes par erreur ? Non. Mais pourquoi ? Il avait bien interrogé l’Univers pour le savoir, mais en guise de réponse, il fut confronté aux rires des étoiles. Il chassa cette pensée avec agacement : Dieu ne pouvait pas s’être trompé. Où était le nœud du problème ? Il ne savait pas. Tout ce qu’il voyait, c’était que plus le temps passait, et plus l’homme avait cessé de croire en lui. Ce qui s’appelait dans l’Histoire « les premiers hommes » avait régressé, et avait tout oublié. Alors Dieu avait du lutter, pour imposer son existence, il avait envoyé des signes, et bientôt, peut-être, un descendant. Il cherchait « la femme ». Celle qui était choisie par la propre nécessité volontairement indépendante que Dieu s’était choisie. Je compris qu’il fallait que je la trouve. Et je vis que l’Eden avait dépéri depuis la première fois où je l’avais contemplé.

Il se tourna vers son propre Eden, et il était bizarrement triste. Non, Dieu le rendait triste. Ce n’est qu’une pâle copie, se disait-il. Et finalement, il avait peut-être raison… Dieu se demandait qui charger de perpétuer son existence, pour sauver le monde. Selon lui, le problème venait du polythéisme en cet instant. Je saisis le message. Mais Dieu pensait à un descendant.

En mon for intérieur, je ne voyais pas ce qu’il pourrait y avoir de mal à cela, et j’eus l’impression que ma pensée servit de décision. Mais pas toute suite, il faut attendre encore un peu, pensait-il.

Et puis tout changea. Changer, mais bizarrement. Je n’étais plus une ombre, ou bien Dieu regardait son ombre, ce qui semblait difficilement concevable. Mais il était Dieu… Il se tourna vers moi, et dit, doucement :

- Tu n’es pas vraiment complet… Et tu vas l’être beaucoup moins à ton éveil. Tout ce que tu as attendu ces dernières années, ce n’était pas vraiment moi : c’était les capacités d’agir. Ton attente t’a fait gagner plus de pouvoir que tu ne le penses. Mais à présent, tu dois tout redécouvrir…

Je sourcillai – si tant est que ce fut possible pour une ombre – et il répondit à mon air interrogateur :

- C’est ainsi…Nécessité dicte ma loi. Les choses doivent te venir quand elles sont utiles. Les doutes doivent devenir certitudes par l’action. Tu dois te redécouvrir toi-même pour devenir complet.

Un peu déçu, j’acquiesçai cependant à cette remarque qui semblait pleine de justesse, et il termina ainsi :

- Tu risques de te réveiller congelé si tu restes là-bas. Quand tu dors, ton corps tourne au ralenti. Je ne te demande rien…mais fais selon ton bon vouloir, je serai là à chaque étape de la route.

- Vous serez là ?

J’avais dit ça à voix haute, dans mon sommeil. Je commençais à m’éveiller je le sentais. Je luttai un instant pour le retenir, je le sentais s’éloigner en même temps que je reprenais conscience de mon corps.

- Où serai-je à l’éveil ?

Je ne l’entendis pas.

*
* *

J’ouvris les yeux sur un carré de ciel bleu où volèrent sept oiseaux. Mon odorat fut attaqué par une montagne d’odeurs naturelles, que ce soit au niveau de l’herbe, de la forêt environnante, des plantes luxuriantes, que les odeurs animales. Je me redressai sur mon séant, et crut voir une louve entre les arbres. L’animal me semblait familier, mais je ne compris pas pourquoi. Je ressentais un grand « trou » dans mon esprit, comme si quelqu’un avait raturé de nombreuses lignes dans le livre de mon esprit. Je me sentais étrangement démuni…

Je me relevai et époussetai mes vêtements, lorsque j’entendis des voix agressives provenant des collines. Les mots que quelqu’un avait laissés sur mes lèvres se firent alors ressentir, et je murmurai pour moi-même :

- Latium, Italie.

Instinctivement, je me mis à couvert, pour observer qui étaient ces gens. Je les observai un moment, et je constatai que deux frères contemplaient chacun un carré de ciel, un peu comme moi, à mon réveil. J’en fus d’abord curieusement amusé, mais il semblait que pour les deux personnes en question, il s’agissait de quelque chose de la plus haute importance. Je compris qu’il s’agissait de la construction d’une cité. Le dénommé Romulus en vint aux mains avec son frère, dit Remus. La bagarre se termina lorsque le premier fracassa le crâne du second.

Je me cachai les yeux pour ne pas voir, mais brusquement, j’eus la sensation que je devais savoir. Alors j’imprimai les images dans ma mémoire, les paroles, l’odeur du sang tiède, les traces de la mort sur un visage, et relevai le ton prophétique des propos du vainqueur.

Rome venait de naître, et mon aventure commençait avec elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://histoirebazare.skyblog.com
Ruby

avatar

Féminin Nombre de messages : 2216
Age : 29
Localisation : 221 B Baker street
Date d'inscription : 04/04/2009

MessageSujet: Re: Combat d'un ange pour le Monde   Mer 29 Juin - 14:08

ça c'est du long texte, donc tout d'abord en première idée, peut être serait il plus sage de le mettre dans les tomes longs s'il y a une suite.
Le début est vraiment très intéréssante, un nouveau point de vue, une interprétation contemporaine d'un texte ancien, ça a du bon. Après je trouve que ça a perdu en force, j'ai lu la suite que tu as mis après et je suis un peu sur ma faim. Je m'interroge, je ne comprends pas trop cette fin, ce je.
Sinon pas foc, mais phoque.

Et pour juste rebondir sur Cocoon et toi, la pensée reste toujours inviolable, facebook c'est une représentation de la pensée, quoiqu'on en pense vous avez toujours le contrôle sur ce que vous voulez partager.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Combat d'un ange pour le Monde   

Revenir en haut Aller en bas
 
Combat d'un ange pour le Monde
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'homme est-il néfaste pour notre monde ?
» Ailes D'ange pour Pullip
» premier combat du tournois . 2 contre 2
» AUTRE-MONDE (Tome 4) ENTROPIA de Maxime Chattam
» Un petit ange tombé du ciel (enfin juste un ange à mi-temps...)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ter Aelis - Le Forum :: Wilwarin, Métropole Littéraire :: Tomes Longs-
Sauter vers: